La cartographie

cartographie

Les cartes de navigation maritimes sont importantes en ce qu’elles constituent un ensemble de données graphiques et d'informations concernant les coordonnées d'une zone géographique, comme les reliefs sous marins, la profondeur, les sondes ou la réglementation.
Qu'elles soient en version papier ou électroniques, sont des outils indispensables. Elles permettent aux navigateurs amateurs et professionnels de se situer en mer, de naviguer en toute sécurité d'un port vers un autre, et d'avoir connaissance du relief sous-marin pour éviter toute déconvenue.
En effet, que vous soyez débutant ou expert, il est essentiel de connaître les particularités des zones maritimes aussi bien que la législation des eaux fréquentées. Posséder une cartographie de qualité permet donc de préparer et d'entreprendre votre voyage en toute sérénité et tranquillité d'esprit, comme d'assurer la sécurité des passagers et du navire. Qu'elles soient papier, électroniques ou même sur smartphone, il est incontournable d'en posséder à bord, même si cela constitue un investissement en plus du prêt pour le bateau, l’anneau dans la marina, etc.

De même, il est impératif de connaître les règles de cartographie, ainsi que les différentes cartes proposées sur le marché et les appareils de lecture. C'est ce que nous allons aborder dans cet article, à savoir la réglementation et les normes qui régissent la publication de cartes de navigation, les différents types de cartes proposés sur le marché, ainsi que les machines de visionnage.

 

La règlementation concernant la cartographie maritime

En France et à l'international, il existe 2 organismes compétents dans la publication de documents pour la navigation.cartographie 1

La seule structure française autorisée à publier des cartes maritimes officielles est le SHOM, le Service Hydrographique et Océanographique de la Marine. Celui-ci est également en charge de mesurer les profondeurs et les reliefs marins dans les eaux territoriales françaises, et peut accorder ou non aux organismes compétents et aux éditeurs de publier des cartes. Acquérir un document papier ou numérique validé par le SHOM est synonyme de qualité et de sécurité, car les données sont sans cesse mises à jour.

L'Organisation Hydrographique Internationale est également habilité à publier des cartes de navigation, ainsi que des relevés hydrographiques. Cette organisation intergouvernementale a pour but de standardiser les documents utiles à la navigation, et est à l'origine de la norme S-57, laquelle règlemente et unifie les méthodes de transfert de données numériques vers les navigateurs et les fabricants.

Si vous optez pour l'achat de cartes de navigation électroniques, vous devrez investir bien entendu dans un système de visualisation. Toujours dans un soucis de sécurité et de tranquillité, et pour éviter les pannes, ces appareils de lectures doivent être alors homologués par l'OMI, l'Organisation Maritime Internationale, un organisme référent en matière de réglementation de ce type d'appareillages.

 


Bien choisir le type de carte

Les cartes maritimes étaient à l'origine destinées aux navigateurs professionnels. Mais le nautisme se banalisant, et grâce à l'engouement pour la plaisance, les cartes sont aujourd'hui disponibles sur le marché pour les amateurs. Les éditeurs de documents nautiques se sont d'ailleurs davantage spécialisés dans les publications destinées aux plaisanciers, plus simples et compréhensibles. Sur une carte maritime, qu'elle soit en version papier ou électronique, le navigateur se verra indiquer toutes les informations nécessaires au bon déroulement d'un voyage en mer.

Avant de prendre le large, il est impératif de bien choisir sa carte de navigation, ainsi que les appareils de lecture, en fonction de ses besoins réels. Il faut noter que les versions électroniques sont parfois moins précises qu'un document papier, et peuvent souffrir d'un problème d'échelle. Quoi qu’il en soit, et comme indiqué plus haut, vous devez privilégier les cartes éditées par le SHOM.

Pour un plus grand confort de navigation et pour la sécurité des personnes et des biens, les documents doivent être conformes à la norme S-57. Ce type de cartes, appelées ENC (cartes électroniques de navigation officielles), permet un traitement multitâche de l'information, et est souvent d'une grande aide. Elles se basent sur des données vectorielles qui renseignent sous forme de listes les informations et les particularités importantes (appelées objets) de la zones concernée, fournies par la SHOM. Il est important de savoir lire une carte, qu'elle soit papier ou électronique : chaque objet est désigné sous forme de code composé 6 lettres majuscules, que tout navigateur doit connaître.

Posséder une carte électronique constitue certes un financement de projet supplémentaire comparée à la version papier, mais elles s'avèrent être plus complètes et plus rapides à lire que cette dernière. Les objets SHOM peuvent être achetés en lots, et offrent la possibilité de bénéficier de mises à jour pendant 12 mois, pour 17 € (selon les dernières données au jour de la publication de cet article). Dans un premier temps, il est conseillé aux navigateurs débutants d'investir dans des cartes ne concernant que les zones de navigation proches.

Il est également possible de réaliser vos propres cartes, grâce aux images fournies par Google Earth, ainsi qu'à l'aide de quelques logiciels. Cette technique, parfois chronophage mais gratifiante, permet aux navigateurs de se constituer une cartographie fiable et à petit prix. Mais pas nécessairement à jour par contre…

Avant d'acquérir ce type de document, il faut avant tout se renseigner sur les appareils de visualisation disponibles sur le marché, et neufs si possible.

 

cartographie 2Visionner des cartes au format électronique

Si vous choisissez d'acquérir des cartes de navigation électroniques, il est alors nécessaire d'acheter un matériel de visionnage de qualité répondant aux normes de l'Organisation Maritime Internationale, comme les ECDIS, les systèmes de visualisation des cartes électroniques et d'informations. Ces appareils proposent de nombreuses fonctionnalités, mais tous ne sont pas adaptés aux bateaux de plaisance, ceci en raison de leur taille trop imposante pour de petits habitacles.

Privilégiez les ECS, lesquels offrent les mêmes services que les ECDIS, mais à prix réduits, et mieux adaptés à la cabine d'un bateau de plaisance. Il existe deux types d'ECS : les systèmes basiques de visionnage incluant des programmes de lecture gratuits, et les polyvalents, plus précis et plus aboutis, destinés aux professionnels comme aux amateurs, mais fonctionnant avec des logiciels payants. Le fonctionnement de ces appareils est simple : il suffit d'un clic pour accéder aux propriétés d'une zone. Cependant, il fauta prendre en compte la qualité approximative des informations et le manque de précision pour les secteurs non commerciaux et peu fréquentés.

Les cartes électroniques sont depuis peu lisibles également sur smartphones et tablettes. Cette nouvelle méthode de visionnage connaît un grand succès, mais souffre de certains désavantages : ces appareils dépendent de la météo. Par temps clair, la visibilité de l'écran est moindre et par temps de pluie, il faut laisser le smartphone ou la tablette à l'intérieur, afin de les protéger d'un part, mais aussi parce que l'écran tactile sera beaucoup moins précis, ce sur quoi les annonces restent muette le plus souvent...

Les cartes, qu'elles soient papier ou électroniques, constituent un aide précieuse lors d'une sortie sur le littoral ou en mer, mais il est nécessaire de rester vigilent, surtout lorsque le bateau possède un système de visionnage de cartes électroniques. Hé oui, même des navigateurs professionnels sont tombés dans le numérique ! Un trop grand confort de lecture signifie également une perte d'attention, or il ne faut pas perdre de vue la règle d'or de la navigation : regarder, observer et analyser son environnement.
 
 

Breizh Masters

 

Imprimer Envoyer
Guides mer et littoral
Tous nos sites
Découvrez notre site dédié à la retraite des pros
Retrouvez les horaires de marées