L'Hermione, Frégate de la liberté

 

 

 

hermioneEn 1778, la frégate Hermione était mise en chantier dans l’arsenal de Rochefort. Le 21 mars 1780, le jeune major général de La Fayette embarquait à son bord pour combattre aux côtés des insurgés américains qui luttaient pour leur indépendance. Dans quelques semaines, une réplique de la frégate, en construction depuis 1997, réalisera ses premiers essais en mer, avant de partir en avril prochain pour un long voyage vers l’Amérique, dans les pas de La Fayette.

 

Après dix-sept années de chantier de construction à Rochefort, l’Hermione, réplique de la frégate du XVIIIe siècle, va prendre la mer pour la première fois les 6 et 7 septembre prochain. Le début d’une nouvellehermione1 aventure… La première pièce de ce navire de 65 mètres de long a été posée en 1997, cinq années après la création de l’association Hermione-La Fayette qui porte ce projet conçu pour être partagé avec le public. « Ce temps a été nécessaires pour convaincre, réunir des partenaires, trouver les plans… Nous voulions montrer comment l’on construisait un bateau au XVIIIe. », explique Isabelle Georget, chargée de mission au sein de l’association. Mission accomplie. L’Hermione a fêté en juillet dernier son 4 millionième visiteur sur le chantier ! « Le soutien du public a été essentiel. Les visiteurs et les 7 000 membres adhérents de l’association ont assuré 60% du financement du projet. » Pour un budget global de 26 millions d’euros.

 

1000 poulies

hermione2Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 2 000 chênes sélectionnés pour construire la coque, 400 000 pièces de bois et de métal, 2 200 mètres carrés de voilure, 1 000 poulies, trois mâts dont l’un s’élève à 54 mètres au dessus de la quille, une tonne d’étoupe pour le calfatage, 26 canons tirant des boulets de 12 livres sur le pont de batterie et 8 canons tirant des boulets de 6 livres sur le pont de gaillard. « Nous avons fait appel à une trentaine de corps de métiers différents : charpentier et sculpteur de marine, gréeur et voilier, calfateur, poulier, menuisier-ébéniste, forgeron… », poursuit Isabelle Georget. Les canons ont été posés en mai dernier, les deux ancres (1,5 tonne chacune) en juin, le mobilier historique en juillet. Il ne manque plus que le fanal de poupe, lanterne de 1,6 mètre de haut pour lequel une opération de financement participatif en ligne a été lancée. Il sera installé avant le grand départ pour l’Amérique en avril 2015.

 

Voyage américain

Une fois les derniers équipements contemporains installés (câblage électrique, réserve d’eau, matériel informatique), l’Hermione et ses 79 hommes et femmes d’équipage (13 professionnels et 66 volontaires) quitteront leur port d’attache les 6 et 7 septembre pour 8 jours d’essais et d’exercices dans la rade de l’Ile d’Aix. Il naviguera ensuite sous voiles jusqu’à Brest et sera de retour à Rochefort le 15 novembre après une escale bordelaise du 9 au 13 octobre au cours de laquelle le grand public pourra monter à bord. En mars 2015, l’Hermione naviguera à nouveau pour une période d’essai d’un mois, avant de partir, le 18 avril, pour son grand voyage américain. « Il réalisera 10 étapes aux Etats-Unis (Washington, Baltimore, New-York, Boston…) toutes liées à La Fayette et à la Guerre d’indépendance ». L’Hermione devrait regagner Rochefort au mois d’août 2015 afin d’être à nouveau accessible au grand public.

Plus d’informations :  www.hermione.com.

© Ouest Reporters

Imprimer Envoyer
Guides mer et littoral
Tous nos sites
Découvrez notre site dédié à la retraite des pros
Retrouvez les horaires de marées